CENTRE DE CHIRURGIE DE l'ARTHROSE - CENTRE DE CHIRURGIE DE l'ARTHROSE DE LA HANCHE ET DU GENOU MARSEILLE

Le Centre de Chirurgie de l'arthrose

Vous êtes ici : Accueil » Informations Patients » Les prothèses « anti-luxation » : Existent-elles vraiment ?

Informations Patients

Infos générales > Les prothèses « anti-luxation » : Existent-elles vraiment ?

Environ 1 à 3% des prothèses totales de hanche souffrent de luxations récidivantes (ou « instabilité chronique »), c’est-à-dire qu’elles sortent de leur logement engendrant douleur vive et impossibilité de marcher. Le traitement en urgence est de la remettre en place, sous anesthésie, en général sans réopérer. Mais si ces luxations (déboitements) surviennent souvent, une chirurgie peut être proposée. Mais alors, existe-t-il une solution infaillible ?

Cupule À Double Mobilité - 10 Ko

cupule à double mobilité

Depuis toujours les chirurgiens orthopédistes ont cherché des solutions afin d’éliminer ce risque. A l’heure actuelle, il existe 3 solutions : les « gros diamètres », les « cotyles rétentifs » et les « cupules à double mobilité ».

Les « gros diamètres »

Plus le diamètre de la bille prothétique est important, plus il sera difficile qu’elle sorte de son logement, diminuant ainsi le risque de luxations. Néanmoins, plus le diamètre de la bille est important, plus l’usure augmente, diminuant ainsi théoriquement la longévité de la prothèse. Avec l’emploi de nouveaux couples de frottement dit « dur-dur », la taille de la bille peut considérablement augmenter, mais un recul scientifique plus important est nécessaire avant d’être certain que l’usure n’augmente pas.

Les « cotyles rétentifs »

Il s’agit d’une solution très « anglo-saxonne » et moins répandue en France. La bille prothétique, toujours libre dans ses rotations (ne limitant donc pas les mouvements de  la hanche), est néanmoins « clipée », « coincée » dans la cupule qui s’oppose ainsi à sa sortie. Cette solution est efficace, mais les forces de tractions qui s’exerçaient avant sur la bille s’exercent maintenant à l’interface entre la cupule et l’os, augmentant ainsi le risque de décollemement (« descellement »). Il s’agit donc d’une solution habituellement réservée en dernier recours.

Les « cupules à double mobilité »

Solution française d’origine stephanoise, ces implants ont ajouté à la mobilité entre la bille et l’insert, une nouvelle mobilité entre l’insert et la cupule. L’angle que doit faire la hanche pour déboiter la prothèse est alors plus important, diminuant d’autant le risque de luxation. Ces implants sont à l’heure actuelle d’un intérêt croissant, avec des études scientifiques déjà publiées et en cours sur des populations à risque (reprises de prothèses ou patients à risque). En particulier, la longévité de ces implants liés à l’ajout d’une nouvelle surface de frottement doit être examinée.

Il n’existe donc pas une solution unique sans effets secondaires et la solution doit être discutée au cas par cas avec votre chirurgien. 

« Retour

©2007-17 CENTRE DE CHIRURGIE DE l'ARTHROSE MARSEILLE - Tous droits réservés - Conception & réalisation Answeb